La « médecine » des temps modernes

Les Temps Modernes sont une période s’étendant de 1492 à 1789. Il faut savoir qu’à cette époque précise, le cas des malades mentaux ne devient certainement pas meilleur. En effet, on les exclu des hôpitaux en les enfermant dans « des maisons de fous » ; des cryptes. La société rejette ces handicapés mentaux et certains malades sont même expulsés des villes. On ne peut pas désigner cet enfermement et cette exclusion de traitements puisque ici, l’intention est bel et bien d’isoler ces malades de la société. De plus, on peut noter que cette exclusion ne concerne pas exclusivement les handicapés mentaux mais aussi les orphelins ou les criminels.

Cependant, au milieu du 15ème siècle, on remarque une reconsidération des malades mentaux. Certains médecins ou philosophes tentent de trouver désespérément des traitements contre les différentes maladies mentales. On entrent ainsi dans la période que l’on considère comme « folle » concernant les prises en charge. En effet, plusieurs personnes telles Charles l’Anglais proposent des remèdes plus improbables les uns que les autres. A présent, la « folie » se soigne par la folie, en jouant de la trompette ou encore en tenant une truie par les pattes arrière devant le lit du malade.

Transfusion de sang d'agneau !
Transfusion de sang d’agneau !

En 1667, Jean Baptiste Denis arrive même à transfuser du sang d’agneau, animal réputé pour sa douceur dans le corps du fou. De cette manière la douceur de l’agneau entrerait peut être dans le corps du patient…

Certains médecins comme par exemple Ambroise Paré pensent qu’il faut traiter la folie par la folie. Ainsi, pour guérir, un patient pensant avoir par exemple des grenouilles dans le ventre, il suffisait de le persuader qu’il en était débarrassés. Arrive ensuite la fumigation de l’utérus et tout autre moyens barbares pour soigner les patient telles les camisoles ou la lobotomie .

Cependant, vers la fin des temps Modernes, en 1802, des médecins commencent à classer les maladies mentales dans plusieurs catégories selon leurs récurrences. La psychiatrie voit le jour et les asiles psychiatriques sont mis en place. Phillippe Pinel (1745-1826) , grand médecin de 18ème siècle et fondateur de la psychiatrie, considère que les moyens violents mis en place pour guérir les malades ne sont que des façons d’affaiblir celui ci. Il interdit donc les fumigations, les camisoles, les saignées ou encore les transfusions. Pour lui, le meilleur moyen de traiter le malade n’est autre que la parole.

Le fameux bromure ...
Le fameux bromure …

Des moyens plus scientifiques sont mis en place, mais là encore il s’agit de calmer ou de stabiliser l’état du malade et non de le guérir. La teinture de digitale par exemple est une plante à propriété diurétique, permettant de réduire les battements du cœurs du patient .Le bromure était exclusivement utilisé pour les personnes souffrant d’épilepsie tandis que l’opium ou la codéine plongeait le malade dans un sommeil profond. La célèbre morphine connue de tous aujourd’hui est aussi utilisée.

Article réalisé par :

Audrey M. – Marion B. – Amandine H et Émilie M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *